RAID


Définition

RAID signifie « Redundant Array of Independent Disks » soit regroupement redondant de disques indépendants. Concrètement, cette technologie constitue un espace de stockage en regroupant plusieurs disques durs. Cette unité – ou grappe – permet alors d’optimiser la performance, protéger le contenu et réduire tout problème de panne ou de ralentissement.

Il existe plusieurs niveaux de RAID qui correspondent à plusieurs assemblages. Le choix du type de RAID dépend des données et de leur utilisation :

  • Le niveau RAID 0 (striping) est composé de 2 disques durs, au minimum. Comme les données sont réparties sur tous les disques, il n’y a pas de redondance. La capacité totale du disque dur est égale à la capacité du disque le plus petit multipliée par le nombre de disques. En cas de problème, toutes les données sont perdues.
  • Le niveau RAID 1 (mirroring) duplique les données sur plusieurs disques pour anticiper les pannes et la sauvegarde des données. Cela apporte une plus grande sécurité, au détriment de la capacité totale de stockage, qui sera égale à la taille du disque le plus petit.
  • Les niveaux RAID 2, RAID 3 et RAID 4 sont obsolètes. RAID 2 combinait le RAID 0 et l’écriture d’un code de contrôle d’erreur désormais intégré aux disques durs. Quant aux RAID 3 et RAID 4, ils s’appuyaient sur un disque de parité, afin de pouvoir reconstituer les données perdues en cas de défaillance d’un disque dur. Car contrairement au RAID 5, la parité ne se déplace pas d’un disque dur à l’autre dans leur cas. Ainsi le disque de parité travaillait énormément et tombait en panne fréquemment. De plus les écritures sur ce disque ralentissaient le système.
  • Le niveau RAID 5 se compose d’au moins trois disques durs. Il combine RAID 0 et blocs de parité : il est ainsi possible de récupérer les données à partir d’un autre disque en cas de défaillance de n’importe lequel de la grappe. Ce fonctionnement augmente par ailleurs la performance en accélérant l’accès aux données.
  • Le niveau RAID 6 est la suite logique du RAID 5 mais offre la possibilité de récupérer des données perdues en cas de défaillance simultanée de N disques durs, le nombre N de disque dur de parité étant choisi lors de la création de la grappe (habituellement, N=2). Pour cela, il s’appuie sur N blocs de parité au lieu d’un. La sécurité est renforcée, mais l’écriture est plus lente.
  • Le niveau RAID 10 croise RAID 0 et RAID 1 (redondance et blocs de parité), ce qui permet là aussi de « survivre » à la défaillance de plus d’un disque s’ils ne sont pas du même sous-ensemble RAID 1.

Le niveau RAID JBOD (« Just a bunch of disks », juste un paquet de disques) n’est pas précisément un RAID. Cette technologie créée par Microsoft concatène plusieurs disques durs ensemble, les données ne sont donc pas recombinées avant écriture.